TOUCHANT: Noire et juive: la liberté de l'espèce

Publié le par sarealnews

TOUCHANT: Noire et juive: la liberté de l'espèce

(...) Je me suis tue, jusqu'au moment où me taire est devenu insoutenable. Comme quoi le mariage pour tous passé, de nouveaux "coming out" sont encore possibles et toujours aussi durs à exprimer. Je me lance: je suis... je suis une femme, je suis juive et noire. C'est ainsi. J'ai peur et j'ai honte.

Ma mère, née en 1940, d'origine juive polonaise a été cachée en France pendant la guerre. De son côté, toute la famille a été déportée. Mon père, né en Afrique, entre la Gambie et le Sénégal, deux pays musulmans, est arrivé en France juste après la colonisation (la vraie). C'est là qu'ils se sont rencontrés, aimés et qu'ils s'aiment encore.

Dans les dîners en ville, on se rassure, on me rassure en me disant: "Oh! Mais quelle chance tu as, c'est super, c'est joli ce mélange!!" (...). Aujourd'hui, déchiquetée, écartelée, tiraillée, la France se divise et on me demande de rentrer dans une case, de faire un choix entre mon père et ma mère, entre noire et juive. On me demande de ne pas être qui je suis, de ne pas vivre qui je dois être: une afroyiddish, une Française.

Je suis le fruit de l'histoire de France, le fruit entre un peuple que l'on a voulu éradiquer et l'autre que l'on a voulu soumis à jamais. Et si mes parents s'aiment toujours c'est aussi parce que c'est cette force de vivre qui les soude contre l'intolérance profonde, l'ignorance nauséabonde. En tant qu'ancienne athlète, j'ai vu et revu la victoire de Jesse Owens aux JO de Berlin, sous les yeux d'un Hitler qui quenellait bassement. Le noir, cette sous-race, gagnait majestueusement sur les aryens. Je vais la re-regarder encore cette course, ca me fait du bien. Cette victoire commune que portaient les noirs et les juifs sur la ligne d'arrivée. Si seulement Owens pouvait préter sa boussole à Dieudonné.....(...)

Alors me voilà bêtement à poser ce texte où je raconte ma vie parce qu'il arrive un moment où me taire devient comme une traitrise. J'ai mal. J'ai mal parce que Dieudonné me blesse dans ma chair, dans mon sang. On ne porte pas une mémoire en incitant à la haine contre une autre minorité.

Je suis le fruit de deux peuples victimes des pires atrocités que l'histoire de l'humanité n'a jamais engendrées et si mes parents s'aiment aussi fort, c'est parce qu'ils ont vécu en réalité la même histoire. Les crimes contre l'humanité, faut-il le rappeler, concernent tous les hommes et toutes les femmes, pas besoin d'être dans une case pour cela.

Dès lors, lorsque l'on attise une telle haine, comme le fait Dieudonné, c'est peut-être parce que finalement on ne doit pas s'aimer beaucoup, ni beaucoup aimer les hommes. J'ai mal. J'ai mal parce qu'il n'est pas facile de toucher à l'intime. Une couleur de peau n'est pas que superficielle, j'en suis fière de cette couleur et ma religion est inscrite dans mon ADN, un tatouage bien plus profondément indélébile que celui de mon grand-père.

J'ai mal, lorsqu'un noir me dit de faire un choix lorsqu'il pointe mon étoile de David en me disant que c'est une cible. J'ai mal à l'entrée d'une synagogue lorsque l'on me rejette en me disant l'on n'accepte pas les visiteurs. Les visiteurs ? Une cible ? (...)

Noire et juive, un comble ? Non plutôt une invitation à danser sur un tam-tam d'Afrique au rythme klezmer. Je n'ai pas la haine de grand-chose, le chocolat me calme assez, juste cette concurrence des victimes, n'est qu'une concurrence de soi-même contre soi même.

Moi, je ne fais pas le choix d'être seulement noire ou fille d'esclave, ni d'être seulement juive petite-fille de déportés. Mais, le seul choix que j'ai fait c'est celui de ne pas être une victime. Parce que looseuse, ce n'est pas le projet de vie que je me suis préparée. (...)

Je ne suis pas une victime ni d'un camp, ni de l'autre et j'espère surtout que dans le futur ces camps réveillés par de tristes personnes n'existeront plus. Alors pour le futur, je suis... je suis ce que je serai.

Rachel Khan -huffingonpost

http://www.huffingtonpost.fr/rachel-khan/noire-et-juive--la-liberte-de-lespece-_b_4802450.html

Commenter cet article

Charlette 29/12/2014 19:02

Ne change rien